Articles récents

Musée de l’Imprimerie : Évolution des appareil de reproduction

16 Avril 2014 , Rédigé par docroger Publié dans #TECHNIQUE

Dans un article précèdent j’avais montré l’évolution vers la miniaturisation d’un magnétophone (1)

Il en est de même pour un appareil de reproduction

Le musée de l’imprimerie de Lyon présente un banc de reproduction datant du début du XX siècle

Un corps en acajou, des ferrures en cuivre ou laiton

Longueur 2 à 3 mètres suivant les utilisations

Il permettait des reproductions

Des agrandissements

Des réductions

Appareils photo, informatique et ordinateur ont miniaturisé ce matériel. Il l’on rendu obsolète et à la porté du grand public

Le banc de reproduction début du XX° siécle

Le banc de reproduction début du XX° siécle

8° Anniversaire de ce blog

8 Avril 2014 , Rédigé par docroger Publié dans #divers

Ce blog vous fait partager mes centre d’intérêt et découvertes

Ci-contre les articles les plus lus

Le rapport d’étonnement

Moyen-Age

La corde a 13 nœuds

La grue a écureuil

La montgolfière de Disney

La carte mentale

L’alimentation du castor

Guerre de 14/18

Les tranchées françaises

Le saillant de St Mihiel

Bonne lecture

Musée de l’Imprimerie : Avant les logiciels de traitement d’image

30 Mars 2014 , Rédigé par docroger Publié dans #TECHNIQUE

Modifier, transformer une photo numérique est facile avec les logiciels de traitement d’image.

Il en était tout autre avant

Le musée de l’imprimerie de Lyon conserve et présente une machine type de Fougéadoire. Elle permettait de modifier la taille des dessins, voire de réaliser des anamorphoses

Le principe tenait du trampoline ! La machine type de Fougéadoire brevetée en 1889 consistait en une feuille de caoutchouc. Celle-ci était maintenue par un ensemble de vis montées sur quatre règles réglables. En ajustant la tension il était possible d’agrandir ou de réduire l’image dans un rapport de 50%. Un réglage dissymétrique permettait des anamorphoses.(1)


En savoir plus

(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Anamorphose

La machine type de Fougéadoire et ses multipes réglages

La machine type de Fougéadoire et ses multipes réglages

Lyon : la force motrice du Rhône

23 Mars 2014 , Rédigé par docroger Publié dans #TECHNIQUE

Avant l’avènement de la vapeur puis de l’électricité la force était :

  • Humaine
  • Animale
  • Eolienne : moulin a vent
  • Hydraulique
    • Fleuves, rivières
    • Marémotrice

Dans sa traversé de Lyon le fleuve Rhône a vu sa force employée par de nombreux moulins de quelques a plusieurs dizaines pour :

  • Moudre la farine du XIII° à la fin du XIX° siécle
  • Piller des chiffons pour la fabrication de la pâte a papier en 1493 et 1517
  • Animer des pompes pour amener l’eau sur le plateau de la Croix Rousse avec la roue hydraulique de Gardon à St Clair en 1832

Cet ensemble de moulins a disparu ; le dernier en 1894. La force du Rhône est maintenant employée dans des centrales hydrauliques en amont et aval de Lyon

Dans la traversé de Lyon ce sont des bateaux immobiles qui stationnent sur sa rive gauche

Les bas ports rive gauche ont été rendus en 2007 aux lyonnais. Tout ce qui marche, roule par la force humaine peut en profiter

Bonne promenade, souvenir de l’emploi de la force du Rhône dans sa traversé de Lyon

En savoir plus

(Lyon

La rivière et le fleuve

Jacques ROSSIAUD

Edition Lyonnaise d’Art et d’Histoire

Musée de l’imprimerie: Pile à effilocher

23 Mars 2014 , Rédigé par docroger Publié dans #TECHNIQUE

Le musée de l’imprimerie présente une maquette de piles à effilocher. Une roue a aubes animée par le courant d’une rivière entraine un axe. Sur cet axe des taquets actionnent des fiches de bois. Des maillets cloutés broyent des chiffons. Ils serviront a produire la pâte à papier. Apres traitement elle sera la base de la fabrication du papier

Des pile a effilocher seront montées à Lyon sur le Rhône dans des bateaux moulins

Deux moulins « voguant » à « foulons sont attestés en 1493 et 1517 installé près de St Clair. (1)

Ils appartenaient à Jean du Peyrat . Une famille de marchands , conseiller de ville, sénéchal. Ils seront impliques dans les guerres de Religion (2)

En Savoir plus

(1) Lyon

La rivière et le fleuve

Jacques ROSSIAUD

Edition Lyonnaise d’Art et d’Histoire

(2)Les Lyonnais dans l’histoire

Jean-Pierre Gutton

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pile_à_maillets

La maquette de la Pile à effilocher

La maquette de la Pile à effilocher

Fort de FEYZIN

16 Mars 2014 , Rédigé par docroger Publié dans #FORTIFICATION

Ou : Route du docteur Jean LONG

Le fort de Feyzin situé au sud de Lyon, il couvre la rive gauche du Rhône

Il fait partit de la ceinture fortifiée de Séré de Rivière (1) ; il a été construit de 1875 à 1878

Son effectif de guerre environ 800 hommes pour 27 plates-formes de tir

Son armement varie durant les époques, il comprend

Des canons à tir tendu

Des obusiers en casemate ; leur emploi sera suspendu devant l’ébranlement de la maçonnerie au tir

Des canons revolver et de 12, en défense rapprochée. Des pièces de ce type sont visible au fort de Villey le Sec a proximité de Nancy (2)

Le désarmement du fort a débuté début 1915 pour envoyer son artillerie au front, il servira de base arriére

En 1942 les allemands l’utiliseront comme hôpital

Il appartient actuellement à la mairie de Feyzin. Un centre équestre est installé

Une intéressante visite guidée dans un fort en état de conservation, il fait l’objet de travaux

La présence du centre équestre permet une visite libre partielle

En savoir plus

  • Visite guidée
  • Les défenses de Lyon : Enceintes et Fortifications
    • François Dallemagne Photographies Georges Fessy
    • Edition Lyonnaise d’Art et d’Histoire
Entrée du fort il est protégé par :  Un ouvrage avance : un ravelin  Un pont roulant à effacement  Des meurtrières, une grille et un portail blindé avec meurtrières  Un poterne à gauche de l’entrée permet l’accès au fossé à sec

Entrée du fort il est protégé par : Un ouvrage avance : un ravelin Un pont roulant à effacement Des meurtrières, une grille et un portail blindé avec meurtrières Un poterne à gauche de l’entrée permet l’accès au fossé à sec

Ce fort possède une importante caponnière double qui défend le fossé Vue de l’intérieur et  du fossés

Ce fort possède une importante caponnière double qui défend le fossé Vue de l’intérieur et du fossés

Le fort possède un puits, une citerne, des fours à pain

Le fort possède un puits, une citerne, des fours à pain

Les soldats ont décoré les murs : une fresque a coté des fours a pain, des trompes l’œil à proximité de la poudrière

Les soldats ont décoré les murs : une fresque a coté des fours a pain, des trompes l’œil à proximité de la poudrière

la maçonnerie en « opus incertain » d’origine romaine permet la réalisation de marguerites

la maçonnerie en « opus incertain » d’origine romaine permet la réalisation de marguerites

Le printemps : Une palette de couleurs

14 Mars 2014 , Rédigé par docroger Publié dans #FLEURS - JARDIN

Le printemps : Une palette de couleurs

Musée de l'Imprimerie de Lyon 1/: Fenêtres

10 Mars 2014 , Rédigé par docroger Publié dans #ARCHITECTURE

Le musée de l’imprimerie conserve la mémoire de l’impression au plomb issue de Gutenberg

Il est situé dans l'Hôtel de la Couronne, ancien hôtel de Ville

Une occasion dans cet hôtel Renaissance d’apprécierez les deux faces des fenêtres

Bonne visite

En savoir plus

http://fr.wikipedia.org/wiki/Musée_de_l'Imprimerie_(Lyon)

http://www.patrimoine-lyon.org/index.php?lyon=le-musee-de-l-imprimerie

http://www.lyon-france.com/Que-faire/Culture-loisirs/Musees/Sciences-techniques/Musee-de-l-Imprimerie

A cette époque les volets sont à l’intérieur de l ‘hôtel. Il n’altère pas l’harmonie de la  façade

A cette époque les volets sont à l’intérieur de l ‘hôtel. Il n’altère pas l’harmonie de la façade

L’occasion d’un historique des fenêtres  Origine du document, perdue

L’occasion d’un historique des fenêtres Origine du document, perdue

Lyon la Prison Montluc : le Mémorial

2 Mars 2014 , Rédigé par docroger Publié dans #Guerre 1939-45

Ou : 1 rue Jeanne Hachette LYON 69003

Quoi : Exposition permanente sur l’histoire de la Prison de Montluc

Quand : 1 mars 2014

Visite : Groupe et individuels, du mercredi au samedi de 14 à 17h

Juillet aout de 9 à 17h30

Entrée et visite gratuite

Site fermé les jours féries

Cette prison a connue plusieurs affectations

1921 Construction d’une prison militaire et d’un tribunal joint sur le terrain du fort Montluc. Celui-ci est obsolète par la création de la fortification Serré de Rivière elle même périmée. La prison est désaffectée en 1931

Septembre 1939 Déclaration de guerre avec l’Allemagne. Aux justiciable de la justice militaire ; s’ajoute a la suite du pacte Germano-Soviétique le 23 aout 1939, des communistes pour atteinte à la sureté

Juin 1940 Défaite de la France, Gouvernement de Vichy. La prison conserve son statut militaire : les allemands tolère une petite armée d’armistice.

Sont emprisonnés des militaires et les premiers résistants : ce sera le cas de Franck SEQUESTRA dont nous reparlerons dans les photos ci-dessous

Février 1943 Suite au débarquement en Afrique du Nord par les Alliés les allemands envahisse la Zone sud en novembre 1942. Apres quelques occupations limitées les allemands réquisitionnent l’ensemble de la prison le 17 février 1943. Elle passe sous la « gestion » de Klaus Barbie

Commence alors le calvaire des emprisonnés pour un séjour limité. Les seules sorties :

  • Avec valise pour la déportation
  • Sans valise pour être fusillé
  • Pour interrogatoire et torture au siège de la Gestapo Avenue Berthelot, retour le soir !

Les détenus dans des cellules de 4 m2 seront jusqu’ a 7 à 8 par cellule

Près de 10 000 prisonniers transiteront par la prison

Un seul réussira a s’évader André DEVIGNY, militaire en congé d’armistice, résistant membre d’un réseau, arrêté, torturé ; Il est condamné à mort. La nuit précédant son exécution il s’évade et emmènent son compagnon de cellule introduit depuis quelques jours

André DEVIGNY creusera, sur plusieurs jours avec une cuillère affutée, les planches de la porte pour les séparer. Il peut sortir dans l’allée et repérer les lieux, puis masquer son travail. Il tressa une corde avec les draps de sa paillasse, la renforça par les ferraille de cette ci.

La nuit de leur évasion ils passèrent par le toit, guettèrent les rondes, descendirent avec leur corde, pour à la fin de la nuit s’échapper de la prison. Son compagnon fut repris. André DEVIGNY rejoignit l’étranger grâce à son réseau puis l’Afrique du Nord. Il repris du service dans l’armée et participera aux combats de la Libération (1)

Son évasion a fait l’objet d’un livre et d’un film par Robert Bresson

De nombreux (ses) résistant(e)s furent internes dans la prison. Des photographies et un court texte sont présentés dans des cellules

Les participants de la réunion de Caluire : Max et ses compagnons

Les deux résistants officiers aviateurs de Bron

Claudius BILLON premier chef régionale de l’armée secrète arrêté le 7 février 1943, circonstances de sa mort obscure

http://vieillestiges.voila.net/soe.htm

Albert CHARBONNET chef régional des FFI en octobre 1943 arrêté en juin 1944. Il sera exécuté place Bellecour le 27 juillet 1944 en représailles à la bombe posée au « café du moulin a vent » (2)

http://docroger.over-blog.com/article-26516849.html

Dans les derniers jours du 8 avril au 20 aout les allemands fusillent environ 650 détenus dans les environ lyonnais. Les derniers le 20 aout dans les trous des bombardements de l’aérodrome de Bron

Sous la pression de la Résistance le lieu est libéré le 24 aout en avance sur la libération de Lyon le 3 septembre 1944. Les allemands ont évacué Lyon et fait sauter le majorité des ponts

A la libération la prison incarcérera collaborateurs et même … Roland Petit chef des maquis de l’Ain a la suite d’une cabale avec Yves Farge

http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=2&t=49627

En 1947 la prison rejoindra l’administration pénitentiaire, des exécutions capitales eurent lieu, dont les auteurs du braquage des usines Berliet. La dernière exécution le 22 mars 1966

Une prison de femme subsistera jusqu’en 2009 Elle fermera ainsi que les prisons de Lyon transférées à Corbas

Sous l’impulsion d’associations et de la ville la prison est inscrite aux monuments historiques. Réhabilitée pour retrouver son état d’origine elle deviendra un Mémorial ouvert au public, ce qui sera disparaître les « graphitis » creusés dans le plâtre des murs. Seront conservés ceux sur les portes : nombre de jours ou essai de calendrier pour conserver la mémoire du temps

Une visite de mémoire

En savoir plus

Documentation sur les panneaux dans le réfectoire de la prison

Explication du guide

http://fr.wikipedia.org/wiki/Prison_Montluc

http://www.defense.gouv.fr/actualites/memoire-et-culture/le-memorial-de-la-prison-de-montluc-a-lyon

André DEVIGNY

http://fr.wikipedia.org/wiki/André_Devigny

http://fr.wikipedia.org/wiki/Un_condamné_à_mort_s'est_échappé

Pour Franck Sequestra,

http://lacocottedekiev.over-blog.fr/tag/Lyon/

https://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/consultationIR.action?udId=d_1_41&irId=FRAN_IR_027981

La prison principale, la Porte d’entrée, le chemin de ronde Sur le coté à droite un petit bâtiment : la prison des officiers

La prison principale, la Porte d’entrée, le chemin de ronde Sur le coté à droite un petit bâtiment : la prison des officiers

Les dessins de Franck Sequestra, professeur d'anglais au lycée condamné en juillet 1941 sous le régime de Vichy pour « menées antinationales, diffusion et détention de tracts »  Témoignage de la  période de Vichy Messe obligatoire, paillasse et lit, l’invasion des insectes la nuit  Aucun dessin ou photo de la période Klaus Barbie

Les dessins de Franck Sequestra, professeur d'anglais au lycée condamné en juillet 1941 sous le régime de Vichy pour « menées antinationales, diffusion et détention de tracts » Témoignage de la période de Vichy Messe obligatoire, paillasse et lit, l’invasion des insectes la nuit Aucun dessin ou photo de la période Klaus Barbie

Les couloirs et cellules de la prison   André DEVIGNY seul évadé avec son compagnon occupait la dernière cellule à droite au dernier étage « information du guide »

Les couloirs et cellules de la prison André DEVIGNY seul évadé avec son compagnon occupait la dernière cellule à droite au dernier étage « information du guide »

Une cellule nue : 4 m2 pas d’eau mais un tuyau de chauffage qui servira en morse ou alphabétique de « téléphone », pas de WC une « tinette » évacuée par une ouverture au ras de l’allée, une fenêtre grillagée  Le portrait de Jean Moulin  est placé dans cette cellule ou il a été incarcéré entre ses interrogatoire et tortures par  Klaus Barbie

Une cellule nue : 4 m2 pas d’eau mais un tuyau de chauffage qui servira en morse ou alphabétique de « téléphone », pas de WC une « tinette » évacuée par une ouverture au ras de l’allée, une fenêtre grillagée Le portrait de Jean Moulin est placé dans cette cellule ou il a été incarcéré entre ses interrogatoire et tortures par Klaus Barbie

Reconstitution de batailles Napoléoniennes

25 Février 2014 , Rédigé par docroger Publié dans #HISTOIRE

Dans le cadre du Bicentenaire de la bataille de Limonest en février 1814 des reconstitutions étaient prévues (1)

Nous avions prévu d’assister à la reconstitution au Parc de Croix Laval

Echec dimanche à 13h30 les parkings étaient saturé, impossible de stationner

  1. 1814, AUGEREAU et L’ARMEE DE LYON :

A l’inverse à la Mairie de Lyon 8°, Lugdunum 2014 présentait ses figurines

Une reconstitution d’une bataille entre troupe napoléonienne et Autrichiens.

Elles occuperont Lyon en 1814

Nota : Exposition de maquettes 1 & 2 mars 2014

Espace Albert Camus

Bron 69500

Les commémorations

Les commémorations

Les lignes napoléoniennes  -  Les fantassins autrichien  drapeau déployé

Les lignes napoléoniennes - Les fantassins autrichien drapeau déployé

Infanterie Napoléonienne  Shako d’infanterie avec pompon du régiment et plaque portant l’aigle impérial  Tunique bleue foncée avec des revers blanc  Mousquet et baïonnette, la majorité des soldats d’infanterie portaient un sabre  - Soldat de la garde avec son bonnet à poil que les Anglais adopteront après Waterloo  Les soldats de la garde devaient mesurer au moins un mètre soixante cinq

Infanterie Napoléonienne Shako d’infanterie avec pompon du régiment et plaque portant l’aigle impérial Tunique bleue foncée avec des revers blanc Mousquet et baïonnette, la majorité des soldats d’infanterie portaient un sabre - Soldat de la garde avec son bonnet à poil que les Anglais adopteront après Waterloo Les soldats de la garde devaient mesurer au moins un mètre soixante cinq

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog