Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog docroger

Articles avec #fortification tag

Le Fort Victor Emmanuel: connaître l’heure

11 Juillet 2017 , Rédigé par docroger Publié dans #FORTIFICATION

Le Fort Victor Emmanuel: connaître l’heure

 

Le Fort Victor Emmanuel est le plus important de la barrière de l’Esseillon inaugurée en 1829 

Ce fort pouvait contenir environ 1500 personnes

Comme un village il comprenait : logement, cantine, boulangerie, hôpital, chapelle, prison, pénitencier pour les opposants politiques et à proximité un cimetière

L’heure était connue de deux façons

Deux cadrans solaires

A l’image de Vauban les architectes militaire Sarde placent des cadrans solaires Ils seront absent des constructions militaire française de Rohault de Fleury 1831-1855 et  Séré de Rivière 1874-1896

le temps a effacé des inscriptions le temps a effacé des inscriptions

le temps a effacé des inscriptions

Et un petit clocheton

Il sera l’objet d’un conflit entre le sabre et le goupillon : le Gouverneur et le Directeur du Génie : panneau d’information dans la visite

Le Fort Victor Emmanuel: connaître l’heure

Informations sur la sonnerie des cloches

 

<<< Charlemagne ordonne en 801 des sonneries de cloches à certaines heures et en 817 au concile d'Aix-la-Chapelle il fut décidé que les églises paroissiales devaient être équipées d'au moins deux cloches.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cloche >>>>>>>>

 

http://tchorski.morkitu.org/1/sonneries.htm

<<<< C’est le type de sonnerie le plus fréquent de nos jours, pour des raisons d'utilisation civile. L’église donne l’heure depuis (environ) le concordat.

 

Généralement le clocher dispose de deux types de cloches

Une tintée pour les heures de 7 à 22h

Une battue pour les sonneries religieuses

Lire la suite

Les forts de l’Esseillon Savoie Maurienne

6 Juillet 2017 , Rédigé par docroger Publié dans #FORTIFICATION, #HISTOIRE

Les forts de l’Esseillon

A la hauteur d’AUSSOIS Savoie, une barrière rocheuse barre la vallée de la de l’Arc

Les ingénieurs militaires sardes ont bâti des fortifications sur celle-ci de 1817 à 1833

Panorama avec 3 photos

Panorama avec 3 photos

De gauche à droite de haut en bas

  • Le fort Marie-Christine perchés à plus de 1500 m d’altitude

  • Le fort Charles Félix, il a été partiellement détruit en 1860 lors du rattachement de la Savoie a la France

  • Le fort Victor-Emmanuel le plus important de cette barrière, un véritable village

    • Il fait partie d’un parcours organisé par la ville de d’Assois

  • Dans la vallée au bord de la route la Redoute Marie-Thérèse et un poste de garde accessible par un souterrain

En retrait de cette barrière  

  • le fort  Charles Albert jamais terminé

  • Un cimetière sarde

  • Le hameau de l’Esseillon

  • Un pont du « diable » accessible à l’origine à quelques personnes. Il franchissait la gorge de l’arc

C’est ensemble fait l’objet de plusieurs circuits de découverte

  • Sentier du plateau d’Aussois

  • Sur les traces du marabout

  • Le sentier des bâtisseurs

A proximité

  • Un acrobranche

  • Une via ferrata

Un lieu d’histoire et de divertissement

Lire la suite

Redoute Napoléon ou des Autrichiens

16 Août 2015 , Rédigé par docroger Publié dans #FORTIFICATION

Redoute Napoléon ou des Autrichiens

Ou : environ un kilomètre en aval de Bramans Maurienne Savoie

Quoi : Redoute, fortification de campagne

Quand : Révolution Française

La vallée de la Maurienne et un lieu de passage entre la France et l’Italie

Elle a reçu des fortifications permanentes en pierre depuis la fin de l’empire

  • Barrière de l’Esseillon 1819/1834
  • Autour du lac du Mont Cenis après le rattachement de la Savoie à la France en 1860
  • Fortification Séré de Rivière après 1870
  • Renforcement après la crise l’obus torpille
  • Ligne Maginot et blockhaus italien à la veille de la guerre 39/45

Subsiste les restes d’une redoute en aval de Bramans

Un dôme rocheux actuellement couvert de foret  Il oblige la rivière l’Arc a un coude  à 90°. Cette redoute contrôle l’amont et l’aval

Un dôme rocheux actuellement couvert de foret Il oblige la rivière l’Arc a un coude à 90°. Cette redoute contrôle l’amont et l’aval

Il subsiste des murets envahit par la végétation

Il subsiste des murets envahit par la végétation

Au sommet vu sur l’aval de l’Arc, en fond la barrière de l’Esseillon

Au sommet vu sur l’aval de l’Arc, en fond la barrière de l’Esseillon

Une montée en foret d’environ 110 m de dénivelé

Carte en relief IGN 3615

Lire la suite

Fort du Télégraphe : Savoie

8 Août 2015 , Rédigé par docroger Publié dans #FORTIFICATION

Fort du Télégraphe : Savoie

Fort du Télégraphe : Savoie

Le fort du Télégraphe domine la vallée de l’Arc d’environ 900 m

Il est situé à l’extrémité d’une crête, a proximité du col du Télégraphe 1566 m bien connu et gravi par les cyclistes

Il est accessible a partir du col par une piste d’environ un kilomètre. Elle passe devant la carrière d’ou ont été extraite les pierres nécessaires à sa construction

Son nom provient d’une tour du télégraphe Chappe de la ligne Lyon l’Italie installé à son emplacement

Il fait parti des fortifications Séré de Rivières construites après la défaite de 1870

Il est intervenu en juin 1940 stopper l’attaque italienne

Le panorama découvre la vallée de l’Arc

Le panorama découvre la vallée de l’Arc

Fort du Télégraphe : Savoie

L’entée principale ; une deuxième donne sur la terrasse pour l’accès de l’artillerie

Le corps de bâtiment : rez de chaussée l’intendance, cuisine, chambre des poudres, réserve d’eau

Premier : casernement, chambre du commandant

Terrasse : l’artillerie

Fort du Télégraphe : Savoie

Le four du boulanger, à sa droite une cuve pour chauffer l’eau nécessaire pour pétrir le pain aigre ou pain bouilli : la définition ma été donnée à l’exposition sur le pain à Solliére- l’endroit : voir le lien - Le pétrin

La chambre du commandant avec une chaise percée et un coffre fort constitué par un caisson d’artillerie avec fermeture

La chambre du commandant avec une chaise percée et un coffre fort constitué par un caisson d’artillerie avec fermeture

Fort du Télégraphe : Savoie

La cantine du Commandant M.DOYEN du 11° régiment de Chasseurs

Il commandera l’armée des Alpes pendant la campagne 1945 et pénétrera en Italie

Il sera gouverneur de Lyon

Edition 10 février 1932

Edition 10 février 1932

Le fort sert de stockage pour différents objets en attente d’un possible musée

Les premiers remonte pente

Les premiers remonte pente

Fort du Télégraphe : Savoie
Le lieu a retrouvé sa vocation première, la transmission des informations

Le lieu a retrouvé sa vocation première, la transmission des informations

Une agréable visite d’une pierre forte de Savoie

Lire la suite

Fort Saint Gobain : Modane Savoie

13 Juillet 2015 , Rédigé par docroger Publié dans #FORTIFICATION

Fort Saint Gobain : Modane Savoie

J’avais en 2009 vu les abords extérieur du fort St Gobain : voir le lien

Je suis retourné pour la visite libre de l’intérieur

Un long couloir de 250 mètres avec une voie de 60 pour pousser des wagonnets Ce couloir distribue : Le cantonnement, la logistique et  les postes de combats

Un long couloir de 250 mètres avec une voie de 60 pour pousser des wagonnets Ce couloir distribue : Le cantonnement, la logistique et les postes de combats

Fort Saint Gobain : Modane Savoie
Fort Saint Gobain : Modane Savoie
Un téléphérique Génie Alpin modèle 39 du Musée de la Meignanne d’Anger offert au musée de la traversée des Alpes est exposé sur le terre-plein

Un téléphérique Génie Alpin modèle 39 du Musée de la Meignanne d’Anger offert au musée de la traversée des Alpes est exposé sur le terre-plein

Une agréable visite par temps de canicule d'une fortification Maginot Alpine

Lire la suite

Fort de FEYZIN

16 Mars 2014 , Rédigé par docroger Publié dans #FORTIFICATION

Ou : Route du docteur Jean LONG

Le fort de Feyzin situé au sud de Lyon, il couvre la rive gauche du Rhône

Il fait partit de la ceinture fortifiée de Séré de Rivière (1) ; il a été construit de 1875 à 1878

Son effectif de guerre environ 800 hommes pour 27 plates-formes de tir

Son armement varie durant les époques, il comprend

Des canons à tir tendu

Des obusiers en casemate ; leur emploi sera suspendu devant l’ébranlement de la maçonnerie au tir

Des canons revolver et de 12, en défense rapprochée. Des pièces de ce type sont visible au fort de Villey le Sec a proximité de Nancy (2)

Le désarmement du fort a débuté début 1915 pour envoyer son artillerie au front, il servira de base arriére

En 1942 les allemands l’utiliseront comme hôpital

Il appartient actuellement à la mairie de Feyzin. Un centre équestre est installé

Une intéressante visite guidée dans un fort en état de conservation, il fait l’objet de travaux

La présence du centre équestre permet une visite libre partielle

En savoir plus

  • Visite guidée
  • Les défenses de Lyon : Enceintes et Fortifications
    • François Dallemagne Photographies Georges Fessy
    • Edition Lyonnaise d’Art et d’Histoire
Entrée du fort il est protégé par :  Un ouvrage avance : un ravelin  Un pont roulant à effacement  Des meurtrières, une grille et un portail blindé avec meurtrières  Un poterne à gauche de l’entrée permet l’accès au fossé à sec

Entrée du fort il est protégé par : Un ouvrage avance : un ravelin Un pont roulant à effacement Des meurtrières, une grille et un portail blindé avec meurtrières Un poterne à gauche de l’entrée permet l’accès au fossé à sec

Ce fort possède une importante caponnière double qui défend le fossé Vue de l’intérieur et  du fossés

Ce fort possède une importante caponnière double qui défend le fossé Vue de l’intérieur et du fossés

Le fort possède un puits, une citerne, des fours à pain

Le fort possède un puits, une citerne, des fours à pain

Les soldats ont décoré les murs : une fresque a coté des fours a pain, des trompes l’œil à proximité de la poudrière

Les soldats ont décoré les murs : une fresque a coté des fours a pain, des trompes l’œil à proximité de la poudrière

la maçonnerie en « opus incertain » d’origine romaine permet la réalisation de marguerites

la maçonnerie en « opus incertain » d’origine romaine permet la réalisation de marguerites

Lire la suite

Aîtres fortifiés Ou : Meurthe & Moselle Val de Mad

12 Août 2013 , Rédigé par docroger Publié dans #FORTIFICATION

J’ai découvert ce terme sur une plaquette de « Communauté de communes du Chardon Lorrain »

Au moyen âge les habitants qui dépendaient d’une abbaye, en cas de danger, ne pouvaient espérer que l’aide divine, en l’absence de soutient militaire
Ils ne pouvaient compter que sur leurs propres forces

Apres avoir fortifié l’église, elles sont nombreuses dans ces régions, ils ont construit des « aîtres fortifiés »

« Aîtres fortifiés » fortification d’un quartier autour de l’église

En savoir plus

http://www.tourisme-valdelorraine.com/poi.html?ori=carto&id=16288

Eglise fortifiée de Bayonville sur Mad  A l’origine le clocher était renforcé par un hourd « cette construction en bois permettait de surplomber les assaillants pour leur projeter des projectiles »  Ce hourd a été supprimé en 1826 et remplacé par un beffroi avec horloge  L’église était fermée lors de notre passage ; je n’ai pu en apprécier les défenses et les parties classées aux monuments historiques  Documentation sur une borne d’information

Eglise fortifiée de Bayonville sur Mad A l’origine le clocher était renforcé par un hourd « cette construction en bois permettait de surplomber les assaillants pour leur projeter des projectiles » Ce hourd a été supprimé en 1826 et remplacé par un beffroi avec horloge L’église était fermée lors de notre passage ; je n’ai pu en apprécier les défenses et les parties classées aux monuments historiques Documentation sur une borne d’information

A Bayonville sur Mad, il subsiste des maisonnettes et un mur prolongé en palissade. Cet ensemble de de forme arrondie entoure, sur une partie, l’église fortifiée.  Vestige de l’aître fortifiée

A Bayonville sur Mad, il subsiste des maisonnettes et un mur prolongé en palissade. Cet ensemble de de forme arrondie entoure, sur une partie, l’église fortifiée. Vestige de l’aître fortifiée

Lire la suite

Guédelon La construction du Donjon

17 Juillet 2012 , Rédigé par docroger Publié dans #FORTIFICATION

Guédelon La construction du Donjon

 

La tour principale qui servira de donjon est en cours de construction

 

tour-Guedelon.jpg

 

Au sommet une grue cage d’écureuil sert à monter les matériaux

L’échafaudage est fixé dans des trous de boulin

Les poutres de chêne s’engagent dans le mur part les trous de boulin

Ces poutres sont soutenues par une jambette. Elle s’appuie sur le mur

L’échafaudage monte au rythme de la construction

 

En savoir plus

Panneaux sur le site 

Lire la suite

GUEDELON 1 Sa construction

17 Juillet 2012 , Rédigé par docroger Publié dans #FORTIFICATION

GUEDELON 1 Sa construction

 

Nous passons régulièrement depuis l’an 2000 pour voir la construction de GUEDELON

 

Le projet lancé en 1996 de construction d’un château moyenâgeux du XIII° siècle avec les techniques de l’époque

1998  pose de la première pierre, premières visites du public

 

Le chantier est prévu pour 25 ans. C’est une PME de 50 salaries et de bénévoles de passage qui se plongent dans l’ambiance

Tout les corps de métier nécessaires sont rassemblés pour sa construction et l’intendance de ses ouvriers

Bucherons abattent et préparent les chênes pour les

Charpentiers Ils réalisent les coffrages et échafaudages pour les maçons

Les forgerons réalisent et entretiennent les outils

Les carriers extraient les pierres

Les tailleurs de pierre

Les maçons

Les tuiliers façonnent et cuisent les tuiles

Les charretiers camionneurs du moyen Age assurent les transports

Vanniers et cordiers réalisent paniers et cordes nécessaires aux travaux

C’est aussi un chantier archéologique expérimental. Voire une œuvre c’est bien la réaliser est une autre affaire : c’est le cas des construction des voute ou les charpentiers doivent concevoir le coffrage qui supportera les dizaines de tonnes de pierres de cette voute

 

Nous avons vu avec plaisir l’avancement des travaux  11

Le logis se termine, de magnifiques charpentes, une décoration de la chambre

Le donjon en cours de réalisation avec un échafaudage s’appuyant sur les trous de boulins

 

guedelon---ane-.jpg

 

Le logis à deux niveaux se termine

Au rez de chaussé : cuisine, cheminée avec four a pain, un évier alimenté par l’eau des toitures, le cellier

 

A l’étage : une grande salle : sale de réception ou tribunal, une chambre équipée d’une cheminée. Elle est destinée à recevoir des hôtes et est en cour de décoration avec des motifs de la région

La tour principale ou donjon

Au sommet une grue en gage d’écureuil, l’échafaudage s’appuie sur les trous de boulin

 

En savoir plus

Panneaux et documents sur place

www.guedelon.fr

 

Lire la suite

Lyon Place Forte Les fortifications du XIX° siècle et l'Urbanisme

27 Avril 2012 , Rédigé par docroger Publié dans #FORTIFICATION

 Lyon Place Forte  Les fortifications du XIX° siècle

 

Quoi : Exposition

Ou : Salle Edmond Locard  14 avenus Berthelot ancienne Ecole de Santé Militaire

Quand : Du 3 février au 31 mars 2012 du lundi au samedi de 14 à18h  Entrée libre

Comment : Panneaux pédagogiques, maquettes, uniformes

 panneaux

 

A l’origine l’implantation romaine est limitée à la colline de Fourvière.

Au X° et XI° siècle la population s’est installée sur les bords de la Saône. Une fortification bois ou pierre existe avec de nombreuses portes

XII° siècle les cloitres se fortifient a l’intérieur de la cité : murailles et tours

Un élément du cloitre de St jean subsiste  près de la Primatiale

Le pont sur le Rhône fin XII° est fortifié avec pont levis  Une tour en son milieu un châtelet a l’entrée de la presqu’île

XIV° avec la Guerre de cent ans les lyonnais renforcent leurs défenses

Au XVII° siècle la vile est entièrement ceinturée par des défenses

Avec le rattachement en 1601 de la Bresse a la France Lyon pert son rôle de ville frontière. Ses défenses sont de ce fait délaissées

L’urbanisation a dépassé ses fortifications

 

La Révolution Française

Les défenses sont délabrées, c’est  dans ces conditions que Lyon entre en conflit avec la Convention en 1793
Dans l’urgence la ville renforce ses défenses par des redoutes et des ouvrages de terre dites de campagne

A l’issue des combats les murs et fortification sont détruits

« Lyon fit ma guerre à la liberté, Lyon n’est plus » octobre 1794

 

I° Empire Lyon sans défense est occupé le 16 avril 1814

Au retour de l’Ile d’Elbe en 1815 Napoléon I° conscient du rôle de Lyon demande le renforcement de  ses défenses. Lyon se transforme en un vaste chantier

Avec la défaite de Waterloo le 24 juin Lyon est de nouveau occupé le 15 juillet 1815

Ces deux occupations ont montré sa vulnérabilité »

La restauration 1824-1830 laisse Lyon sans défense mais riche de nombreux projets

La Révolution de juillet 1830 entraine des perturbations dans l’équilibre européen issu du Congres de Vienne

La fortification de Lyon est envisagée

C’est le baron Rohault de Fleury 1779-1866 qui en est chargé

Ce projet sera réalise de 1831 à 1854

 

plan fortification

 

 

 Carrés orange fortifications Rohault de Fleury (1779-1866)


Cette ligne de défense, le constatera le colonel Séré de Rivière Directeur des fortifications en 1868 et gagnée par l’urbanisme,  l’arrivé du chemin de fer « loi de 1852" et ses gares à l’intérieur de la ville : Brotteaux et Perrache

Il entreprend en 1870 des fortifications par redoutes, batteries. La défaite de Sedan interrompt ses travaux

Le traité de Francfort en mai 1871 laisse la France privée de l’Alsace et de la Moselle et vulnérable sur ses frontières

Séré de Rivière Directeur du service du génie présente des documents  pour la mise en défenses des frontières et la défense des grandes villes dont Lyon

L’artillerie ayant fortement évolué en portés c’est un ensemble de forts se protégeant mutuellement qui sera réalisé

plan fortification
Cercle noir cœur orange  fortification Séré de Rivière

 

Sous la pression de la municipalité qui voit la possibilité de renforcer le payement de l’octroi, une enceinte urbaine est construite de  1884 à 1887

En plus de ses défenses Lyon devient ville de garnison  avec la construction de plusieurs casernes dont celle de la Part Dieu

 

URBANISME

 

Les défenses englobaient la ville et limitait son expansion

 

Sous le gouvernement protestant « Lyon capitale protestante en 1562 » les Reformés  amélioreront la circulation dans la ville par l’ouverture de rues et de places par la destruction d’immeubles, de fortifications et enclos ecclésiastiques

Ces destruction et ouvertures de rues et places seront conservés par les consulats ultérieurs

 

<<< Sous le II° empire Lyon prendra une physionomie quelle a conservée

 

Trois personnages vont transformer Lyon

 

    * Claude Marius Waïsse ; Sénateur Préfet  Maire. Il est aussi administrateur du département du Rhône et de la ville de Lyon

    * Le général de CASTELLANE gouverneur de Lyon

    * Le cardinal de BONALD

 

Les communes suburbaines de :

 

    * Vaise,

    * La Guillotière,

          Elle deviendra le III° arrondissement le plus important de Lyon.

          A ce titre il sera amputé en 1867 du VI° et en 1912 du VII° (A)

    * La Croix Rousse

 

Sont rattachées à la ville de  Lyon par le décret du 24 mars 1852

 

Urbanisme

 

Des grands travaux sont réalises

La presqu’il est métamorphosée  par la créations de nouvelles rues dans leurs appellations actuelles : Les rues de :

 

    * La  République ouverte en 1855

 

        * La création de la rue de la République entrainât la destruction de 280 immeubles et le transfert de 15 000 habitants (2)

 

    * Edouard Herriot

    * De Brest

    * Grenelle

    * Childebert

    * Terme

    * Le quartier et Le palais de la Bourse commencé en 1855 (2)

 

Cet ensemble supprime les traboules du centre ville

 

·      Traboule : passage entre des immeubles de rues différentes par la cour intérieure ou des couloirs

·      Origine latine «  trans ambulare » ou aller à travers

La suppression des fortifications de Rohault de Fleury libèrera des terrains pour

 

·      Boulevard de la Croix Rousse par la suppression du rempart

·      L’établissement du boulevardes du nord

o       * Il deviendra des Belges suite au vote du conseil municipal pour marquer  l'héroïque défense des Belges durant la guerre 14/18 (B)

·      Le boulevard des Tchécoslovaque

·      L’Avenue Berthelot

Le monument aux enfants du Rhône a l’entrée du Parc de la Têt d’Or

L ‘emplacement du Lycée du parc

La Place jean Macé

·       

·       

·      L’accès au camp de Sathonay par les montées des Soldats vers le Rhône et la Castellane sur la Saône

·      Dans la montée Castellane se trouve le cénotaphe du maréchal de Castellane mort en 1862

·       

·          * Il avait choisi ce lieu de son vivant (1)

·       

·      Les lotissements de Monchat, Momplaisir

·      Des constructions sur la rive gauche du Rhône: Une ville nouvelle

·       

·          * Elles remplaceront les constructions a base de pisé durement touchées par les inondation de 1840 et 1856. Ces constructions étant le résultât des baux de 30 ans

·          * Elles seront facilitées par la modification en 1874 de la durée des baux à 99 ans et l’imposition de normes d’urbanismes par le principal propriétaire foncier les hospices de Lyon. (3)

·       

·      La construction rive gauche sera accélérée par le projet qui sera réalisé d’implantation de la Préfecture. Elle bénéficie des dimensions d’un palais et des raffinements intérieurs visitables lors des journées du Patrimoine

·       

·          * Ces dispositions aboutissent aux immeubles à cour comme autour de la Préfecture

·       

·      Les Hospices de Lyon  avaient reçu les terrains par donation de madame Servient a la suite de la catastrophe du pont de la Guillotière le 11 octobre 1711 ou son carrosse avait provoqué une panique mortelle (4) (5)

·       

·      Les Quais du Rhône et de la Saône

·       

·          * Les Quais seront construit avec des pierres de Montalieu

·          * A la suite des inondations de 1856

·          * Napoléon III° c'était déplacé et une collecte européenne avait eu lieu

·       

·       

·      Les péages des ponts rachetés et supprimés

·       

·          * La fontaine de la place Morand commémorera ce souvenir

·          * Sa forme pentagonale correspond aux cinq arrondissements de Lyon en 1865 (B)

·       

·      L’achèvement de la ligne de chemin de fer Paris Lyon

·       

·          * La création des gares de : (B)

·          * Perrache 1856

·          * Brotteaux 1959 (2) 1° gare Elle sera remplacée en avril 1908

·       

·       

·      La création du 1° funiculaire « la ficelle » rue Terme la Croix Rousse en 1856 (C)

·       

·      Création du Parc de la Tête d’Or

      

·      Militaire

·       

·          * Achèvement de la ceinture des forts Royan de Fleury

·          * Création de la caserne de la Part Dieu terminée en 1852

·          * Des rues larges et droites : rues Servient et Bonnel permettent de rejoindre rapidement le centre de Lyon

·          * Création du camp de Sathonay

·          * Défiles et concerts >>>>

·       

·      Dans l’entre deux guerre l’enceinte urbaine de 1884/87 sera détruite son tracé deviendra le boulevard de ceinture ou Laurent Bonnevay

Il faudra atteindre la municipalité Pradel et ses successeurs pour voir les aménagements que nous connaissons

·       

 

 

Cerise sur le gâteau pour cette exposition

Apres un an de négociations avec le Musée des armés de Paris, celui-ci a accepté de prêter des maquettes de canons et obusier du XIX° siècles

 

canon

 

Echelle 1/5° d’un canon de 24 livres de 1828

 

Portée maxi 2 700 mètres

Boulet en fonte de 12 kg

 

Une exposition très documentée sur une période de l’histoire lyonnaise

 

 

 

En savoir plus

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ceinture_de_Lyon

 

http://www.museemilitairelyon.com/spip.php?article84

 

http://www.fort-de-bron.org/ 

 

Les défenses de LYON

Enceintes et fortifications

Edition Lyonnaise d’Art et d’Histoire

 

Lyon 1562

Capitale protestante

Ed Olivetan

 

Lyon Guide historique et artistique

    * Comité de patronage de l’exposition de 1914

    * Lyon Imprimerie A.REY

    * (1)    http://www.ville-sathonaycamp.fr/histoire/decastel.htm

    * (2)    Lyon l’argent et le commerce Archives du Lyonnais la Manufacture

    * (3)    25 Siècles Lyon de confluences Imprimerie nationale

    * (4)    http://ruesdelyon.wysiup.net/PageRubrique.php?ID=1003524&rubID=1003616

    * (5)    http://www.lyonchezmoi.fr/pdf/2007-04-367/p13.pdf

    * (6)     Histoire de Lyon du XVI° siècle à nos jours François Bayard Pierre Cayez  Edition HorvarH

 

 

    * A/  la vie Illustrée à Lyon de 1900 à 1937 Petrus Sambardier  Edition Lyonnaise d'ART et d'Histoire

    * B/  Lyon guide de 1914

    * C/ Lyon 1900_1920 Annie Charvier Mémoire d'hier De Borée

Lire la suite
1 2 3 4 > >>