Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog docroger

Le Fort de la Latte ex La Roche Goyon « Tirer à boulets rouges »

30 Juillet 2010 , Rédigé par docroger Publié dans #FORTIFICATION

Le Fort de la Latte ex La Roche Goyon
« Tirer à boulets rouges »    

Il a changé de nom après la Révolution les noms de Goyon et de Lamballe les  anciens propriétaires nobles étant  oubliés ou honnis
 

Ce site magnifique au bord de la mer à proximité du port de St Malo à reçu dés 1350 un fort à vocation militaire

 La-Latte-web.jpg


Vers 1715 il est transformé en fort de défense côtière.

  • Simon Garengeau  officier du génie de Vauban installera des batteries et bastionnera le fort
  • Leurs buts protéger les corsaires malouins et français venant mouiller dans la baie de Fresnay.
  • La marée commandant l’entrée dans le port de St Malo

Aux XIX° siècle il est obsolète. Il sera déclassé en 1890. L’ennemi est  à l’est et l’Entente cordiale a été signée avec les Anglais 
1892 il est vendu par les Domaines  Fort Bayard subira le même sort
1931 Il est racheté par des propriétaires qui entreprennent de gros travaux de restauration pour l’amener dans l’état actuel des visites

1942/44 Il  été ignoré par les allemands : sans eau ni électricité.
Alors que les allemands ont construit une importante station de radar à proximité au cap Fréhel
Le fort ne possède pas de puit. Il est alimenté par une citerne. Elle recueille l’eau de pluie, la filtre sur du sable et du charbon de bois
L’électricité n’est arrivée au fort qu’en 2001 pour les propriétaires qui y vivent six mois par an

Au delà de sa situation exceptionnelle et de son intérêt de fort côtier, il présente une particularité
« Un four à rougir les boulets »

 four-a-boulets.jpg

Construit en 1793 au moment des guerres de la Révolution
L’idée:

 

  • Chauffer au rouge des boulets d’artillerie en fer pour incendier les vaisseaux adverse construit en bois à cette époque

L’idée était intéressante, la mise en œuvre l’était moins

  • Le four devait être en chauffe, le chauffage d’un boulet demandait quatre heures. L’ennemi devait prendre rendez-vous pour « bénéficier»  de ce traitement
  • La manutention d’un boulet de 18 ou 24 livres était périeuse
  • La mise en place de ce boulet dans le fut du canon qui contenait déjà la poudre était explosif
  • Ces inconvénients firent rapidement abandonner cette idée


Reste l’expression passée dans le langage courant de
« Tirer à boulets rouges »


Bonne visite

En savoir plus
Document et explications lors de la visite
Pour la partie Vauban articles colonne de gauche

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article